En nulle part réside votre cœur,
Ainsi élancé, pour seul azimut
Le grand Idéal que vous résolûtes
À atteindre : l’insondable bonheur.

Vous les observez toujours scintiller,
Toutes ces étoiles jetées au loin,
Dont chacune d’elle referme bien
Une part de votre corps éthéré.

De ces fragments guidant ces nobles mains,
Plantez-y partout les graines sacrées
Qui produiront le plus beau des jardins.

Car si votre âme est dispersée, alors
Croyez bien que votre Être tout entier
Forme l’Univers depuis son aurore.

Laisser un commentaire

Catégories
Auteur