Dans un hiver déshabillé
À travers les branches étalées
Le vent apporte les lueurs
De la Lune offrant sa splendeur

Les citadins vont, çà et là
Ils mesurent de leurs grands pas
Le passage de leur futur
Sur les pavés, à toute allure.

La pierre est froide mais respire
La chaleur de quelques sourires
Posés sur les quelques visages
Formant un vivant paysage.

Ô ville, ma ville que j’aime
Montre-moi tout l’or que tu sèmes
À travers tes mille merveilles
Qui mettent mes sens en éveil.

Dans cet hiver déshabillé
Ô Paris, je te saurais gré
D’offrir toujours, offrir encore
Ces considérables trésors.

Laisser un commentaire

Catégories
Auteur