Ô lumineux monument
Tu te dresses là, sous l’œil
De la lune dont tu es l’amant
De mes pensées dont tu es le cercueil.

Tu exposes tes lumières
Tu imposes ton histoire
Tu acceptes et j’en suis fier
De cueillir mon cœur ce soir.

La nuit, par quelques pas
Je t’observe et te contourne
Vers ta gloire mon âme va
Car ma passion y séjourne.

À quoi bon se laisser ronger
Par des espoirs et des peines
Des questions par milliers
Tous empoisonnent mes veines.

En ton sein tu portes
La grande Âme de Paris
Une âme grande, une âme forte
C’est en ces lieux que je vis.

Laisser un commentaire

Catégories
Auteur