Il dévore de sa chair le lien forgé
Par son ami l’Espoir maintenant délaissé.

Il embrasse l’étau qui oppresse le Destin
D’une force gourmande face à un tel festin.

Il bâtit la destruction de ses forces
Pour que la chute fatale s’amorce.

Il appelle les tempêtes à sa guise
Puisqu’il sait qu’il n’aura aucune prise.

Il se conduit vers les grottes qui portent
Les montagnes d’opportunités déjà mortes.

Il murmure à l’Échec des mots inconnus
À jamais oubliés, plus jamais entendus.

Il dit non, sans émotions, fataliste
Jusqu’à découvrir la fin de la piste.

Il s’en est allé, départ en promesse
De ne plus offrir à l’Avenir ses caresses.

Laisser un commentaire

Catégories
Auteur