Le souffle d’un hiver brûlé
Trop vieux pour respirer l’air,
Un air anxieux, un air gêné,
Devant la beauté d’un visage blanc.

Aux reflets de tes songes,
Le miroir n’ose plus te regarder,
Il sait ce que tu penses,
Il pense ce que tu tais.

Une pensée d’un jour parfumé
De rose et d’amour floral
Où la feuille épouse le ciel,
Où la racine embrasse la terre.

Terre bleue face à tes yeux
Car tu es ce que tu vois.
Étoiles soumises à tes ordres,
Elles iront s’échouer où tu voudras.

Laisser un commentaire

Catégories
Auteur