Le temps tourne
Le brouillard le freine
Il circule mais reste présent
Immobile dans ce mouvement.

Pourquoi point de lumière
Visible et concrète je préfère
Voir la réalité non saccadée
Par millions de questions insensées.

L’espoir pose les marches
De cet escalier de pierres
Mais ensuite pas de mystère
Seule une lumière aveuglante
En cette prison, pénétrante.

Là où j’erre c’est un mystère
La Terre n’est plus ronde
Comme la roue du présent
Puisse-t-elle avoir le temps
D’épouser la forme de mon cœur
Mais où réside cette erreur ?

Cette forme que je poursuis
Sans guide mais je lis
Sa douce forme trouble
Comme le soleil
Observé par l’œil double
Qui sommeille.

Illisible et impalpable
Invisible et innommable
Nul ne sait qui peut-elle être
Existe-t-elle hors de mes lettres ?

Derrière ces monts que je devine
Je réveillerai mes rêves
J’étoufferai ma faim
J’écouterai la fin
De l’attente
Pesante.

Laisser un commentaire

Catégories
Auteur